U l t r a b r e a t h e™

                                                         . . . développez vos capacités respiratoires

Accueil
Introduction
Développez vos capacités
Retrouvez votre souffle
Témoignages
Informations médicales
Contactez-nous
Commandez-maintenant  

 

Informations médicales

Evaluation de la technique d’entraînement des muscles inspiratoires sur la base des informations provenant d’essais cliniques et autres sources.

Résultat d’un échauffement respiratoire spécifique sur les performances en aviron et la dyspnée à l’effort :

« OBJECTIF : a) identifier l’importance fonctionnelle d’un échauffement respiratoire et b) comparer le résultat de trois techniques d’échauffement différentes sur les performances en aviron et la perception de dyspnée. CONCLUSION : Les résultats suggèrent qu’une combinaison entre une technique d’échauffement respiratoire et un échauffement spécifique pour l’aviron s’avérait plus efficace qu’un échauffement spécifique pour l’aviron ou un échauffement submaximal seul pour préparer une épreuve d’aviron ».

Source : Volianitis S, McConnell AK, Koutedakis Y, Jones DA.

L’entraînement des muscles inspiratoires améliore les performances en aviron :

« Des améliorations au niveau des performances d’endurance submaximales dans le cyclisme ont été constatées à l’issue de 4 semaines d’entraînement des muscles respiratoires comprenant : hyperventilation isocapnique (Boutellier et al, 1992) ou résistance inspiratoire (Caine & McConnell, 1998). L’objectif de cette étude était de déterminer si des effets similaires seraient observés sur des performances optimales en aviron.

Les résultats indiquent que l’entraînement des muscles inspiratoires améliore les performances en aviron, à la fois pour un effort maximum de 6 minutes et une course contre la montre sur 5000 m. Suite à l’entraînement des capacités, le niveau de sollicitation du diaphragme sera réduit lors de l’inspiration. Cela peut contribuer à améliorer les performances suite à des inspirations moindres et la sensation d’effort correspondant à ce niveau de ventilation ».

Source : S Volianitis, AK McConnell, Y Koutedakis, L McNaughton, K Backx, DA Jones.

Conséquences de l’entraînement des muscles inspiratoires sur les performances cyclistes :

« ...l’entraînement respiratoire a augmenté sensiblement l’endurance des muscles respiratoires... les concentrations de lactate dans le sang ont été réduites lors d’exercices suivant un entraînement... l’entraînement respiratoire a permis à des patients d’éliminer toute sensation d’essoufflement ».

Source : Boutellier et al, 1998.

« L’endurance respiratoire a augmenté... l’endurance au cyclisme a été optimisée... la concentration de lactate dans le sang était moins élevée. Nous estimons que la réduction de la concentration de lactate dans le sang résultait très probablement d’une meilleure adduction de lactate par les muscles respiratoires entraînés ».

Source : Boutellier et al, 1999.

Autres sources :

« Des recherches effectuées par l’Université de Zurich ont permis de déterminer qu’un entraînement respiratoire intensif améliore en fait sensiblement l’endurance des muscles respiratoires et augmente le volume de ventilation potentiel.

Les patients sédentaires et actifs physiquement ont développé l’endurance de leurs muscles respiratoires, amélioré leur endurance dans le cadre de l’épreuve d’effort constant sur bicyclette, se sont sentis moins essoufflés après les entraînements, et ont présenté des niveaux de lactate moins élevés à l’issue des entraînements ».

Source : Running and FitNews, 17:2, fév. 1999.

« L’entraînement des muscles respiratoires est une nouvelle thérapie prometteuse. Il y a eu une évolution progressive dans ce domaine au cours des 15 dernières années, au point qu’il est maintenant parfaitement clair que les muscles respiratoires peuvent être entraînés afin d’améliorer leur capacité, leur endurance, voire les deux ».

Source : Problems in Respiratoire Care, 3(3):483-492 & Clinics in Chest Medicine, 9(2), 287-296, 1988.

L’entraînement des muscles inspiratoires réduit l’essoufflement à l’effort chez les hommes et les femmes âgés en bonne santé :

« Tout le monde sait que les capacités des muscles respiratoires diminuent avec l’âge et que la fragilité des muscles inspiratoires est liée à une augmentation de l’essoufflement à l’effort. Les résultats suggèrent que l’entraînement des muscles inspiratoires réduit l’essoufflement à l’effort chez les hommes et les femmes âgés en bonne santé et contribue à des améliorations considérables au niveau de leur qualité de vie ».

Source : Andrew J. Copestake & Alison K. McConnell, Département de Sciences Humaines, Université de Loughborough, Loughborough, Leicestershire, LE11 3TU, Royaume-Uni. Présenté lors du congrès international du Groupe Européen de Recherche dans le Domaine de l’Activité Physique pour les Personnes Agées (EGREPA) sur la santé et l’activité des personnes âgées en 1995.

Entraînement intensif des muscles inspiratoires chez les patients atteints d’affections pulmonaires obstructives chroniques et d’un fonctionnement sévèrement réduit :

« L’entraînement intensif des muscles inspiratoires a considérablement amélioré les capacités des muscles inspiratoires, l’endurance des muscles respiratoires, et les symptômes respiratoires dans le cadre d’activités quotidiennes et d’efforts respiratoires ».

Source : Covey MK, Larson JL, Wirtz SE, Berry JK, Pogue NJ, Alex CG, Patel M. Université de l’Illinois au Chicago College of Nursing, *$% South Damen Avenue, Chicago. IL, Etats-Unis.

L’entraînement des muscles inspiratoires améliore le fonctionnement pulmonaire et réduit la dyspnée à l’effort chez les asthmatiques légers / modérés.

« Nous avons examiné les changements provoqués par 3 semaines d’entraînement des muscles inspiratoires chez des asthmatiques légers / modérés. Les résultats correspondent à ceux de Weiner et al (1992) et confirment leur hypothèse selon laquelle des améliorations de la pression inspiratoire maximale et du fonctionnement pulmonaire se traduisent par une réduction de la dyspnée à l’effort. Par ailleurs, les résultats suggèrent que lorsque des programmes appropriés sont mis en œuvre, ces changements sont observés dans un délai de 3 semaines à compter du début de l’entraînement des muscles inspiratoires et entraînent une augmentation de la motivation des patients à suivre un entraînement ».

Source : AK McConnell, MP Caine, KJ Donovan, AK Toogood & Mr Miller. Département du sport, de la médecine et des performances humaines, Ecole des sciences du sport et de l’entraînement. Présenté à la Société de recherche médicale en août 1998, Clinical Science:95:4P,1998.

L’entraînement des muscles inspiratoires dans la limitation des courants aériens chroniques : impact sur les performances dans le cadre d’un entraînement :

« Nous concluons que l’entraînement des muscles inspiratoires avec une sollicitation de 30% de la pression inspiratoire maximale améliore la dyspnée, augmente la capacité de marche et réduit le coût métabolique de l’entraînement ».

Source : Lisboa C, Villafranca C, Leiva A, Cruz E, Pertuze J, Borzone G. Département des affections respiratoires, Université Catholique du Chili, Santiago.

Entraînement des muscles inspiratoires combiné à un reconditionnement sous forme d’un entraînement général pour les affections pulmonaires obstructives chroniques :

« Nous concluons qu’un entraînement spécifique des muscles inspiratoires pendant 6 mois améliore les capacités ainsi que l’endurance des muscles inspiratoires chez les patients atteints de broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO). Cet entraînement, combiné à un reconditionnement sous forme d’un entraînement général, permet également une amélioration de la tolérance dans le cadre d’un entraînement sensiblement plus élevée que dans le cadre d’un reconditionnement sous forme d’un entraînement général seul ».

Source : Weiner P, Azgad Y, Weiner M, Ganem R. Département de médecine, Centre médical Hillel Yaffe, Hadera.

Entraînement des muscles respiratoires chez des patients atteints d’asthme bronchique :

« Chez les patients asthmatiques, les muscles respiratoires doivent surmonter une résistance accrue lorsqu’ils sont progressivement défavorisés par une hyperinflation. Nous avons formulé l’hypothèse selon laquelle une augmentation des capacités et de l’endurance des muscles respiratoires avec un entraînement spécifique des muscles inspiratoires entraînerait une amélioration des symptômes de l’asthme chez des patients asthmatiques. Nous en concluons qu’un entraînement spécifique des muscles inspiratoires pendant 6 mois améliore les capacités et l’endurance des muscles inspiratoires et entraîne une amélioration des symptômes de l’asthme, de l’hospitalisation pour l’asthme, les contacts avec les services d’urgence, les absences de l’école ou du travail, ainsi que la consommation de médicaments chez les patients asthmatiques ».

Source : Weiner P, Azgad Y, Ganam R, Weiner M. Département de médecine, Centre médical Hillel Yaffe, Hadera, Israël.

Impact d’un entraînement spécifique des muscles inspiratoires sur la sensation de dyspnée et la tolérance à l’entraînement chez les patients souffrant d’une insuffisance cardiaque congestive :

« CONTEXTE : Il a été démontré que les muscles inspiratoires des patients souffrant d’une insuffisance cardiaque congestive sont plus faibles que ceux des personnes normales. Cette faiblesse peut contribuer à la dyspnée et limiter la capacité de ces patients à suivre un entraînement. CONCLUSIONS : un entraînement spécifique des muscles inspiratoires a entraîné une augmentation des capacités et de l’endurance des muscles inspiratoires. Cette augmentation a été associée à une diminution de la dyspnée, une augmentation de la capacité submaximale à suivre un entraînement, et une absence de changement au niveau de la capacité maximale à suivre un entraînement. Cet entraînement peut s’avérer être une thérapie complémentaire chez les patients atteints d’une insuffisance cardiaque congestive.

Source : Weiner P, Waizman J, Magadle R, Berar-Yanay N, Pelled B. Département de médecine, Centre médical Hillel Yaffe, Hadera, Israël.

Entraînement des muscles inspiratoires chez les patients atteints d’une broncho-pneumopathie chronique obstructive :

« Nous analysons l’impact d’un entraînement des muscles inspiratoires chez les patients atteints d’une broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO), en nous focalisant tout particulièrement sur ses répercussions sur le fonctionnement des muscles inspiratoires et les résultats cliniques. Bien que les critères de sélection des patients ne soient pas toujours clairement définis dans les documentations, nous avons trouvé que l’entraînement des muscles inspiratoires était utile pour une réadaptation pulmonaire chez ces patients atteints d’un dysfonctionnement modéré des muscles inspiratoires présentant une dyspnée dans le cadre de leurs activités quotidiennes malgré une thérapie optimale ».

Source : Lisboa C, Borzone G, Cruz E. Departamento de Enfermedades Respiratorias, Pontificia Universidad Catolica de Chile.

Entraînement des muscles inspiratoires chez les patients atteints d’une broncho-pneumopathie chronique obstructive. Impact sur les changements fonctionnels et la tolérance à l’entraînement :

« L’objectif de cette étude était d’évaluer l’impact de l’entraînement des muscles inspiratoires sur le fonctionnement pulmonaire et la tolérance à l’entraînement chez les patients atteints d’une broncho-pneumopathie chronique obstructive. Sur la base de ces résultats, et bien qu’un entraînement spécifique des muscles inspiratoires ne semble pas améliorer le fonctionnement pulmonaire chez les patients atteints de BPCO, il s’accompagne d’une diminution de la sensation de dyspnée pendant l’entraînement et d’une tolérance accrue. »

Source : de Luca Ramos P, Rodriguez Gonzalez-Moro JM, Garcia de Pedro J, Santacruz Siminiani A, Tatay Marti E, Cubillo Marcos JM. Servicio de Neumologia, Hospital General Universitario Gregorio Maranon, Madrid.

Résultats d’un entraînement des muscles respiratoires chez les patients atteints d’une broncho-pneumopathie chronique obstructive suivant un traitement modéré :

« Un entraînement des muscles inspiratoires n’est en aucun cas une alternative à un traitement pharmacologique, mais constitue un excellent complément ».

SourceL Walczak J, Koziorowski A. Zaklad Fizjopatologii Oddychania Instytutu, Gruzlicy i Chorob Pluc.

Résultats d’un entraînement des muscles respiratoires chez les patients atteints d’une insuffisance cardiaque chronique :

« CONTEXTE : Les capacités des muscles inspiratoires ainsi que l’endurance sont moins élevées chez les patients atteints d’une insuffisance cardiaque chronique. OBJECTIF : Evaluer les répercussions d’un entraînement sélectif des muscles respiratoires chez les patients atteints d’une insuffisance cardiaque. CONCLUSIONS : Un entraînement sélectif des muscles respiratoires entraîne une amélioration fonctionnelle chez les patients atteints d’une insuffisance cardiaque chronique ».

Source : Martinez A, Lisboa C, Jalil J, Munoz V, Diaz O, Casanegra P, Corbalan R, Vasquez AM, Leiva A. Departamentos de Enfermedades Cardiovasculares Respiratorias, Pontificia Universidad Catolica de Chile.

Contre-indications :

Dans le cadre d’une utilisation normale, Ultrabreathe peut être utilisé par quasiment toute personne et ne présente aucun effet secondaire nocif. A de rares occasions, toutefois, l’apparition d’une pression négative importante dans la poitrine peut aggraver une affection existante. Par conséquent, si vous prenez des médicaments, si vous êtes atteint d’une affection médicale (par ex. asthme), ou si vous n’êtes pas sûr que Ultrabreathe est approprié pour vous, alors vous devriez consulter votre médecin avant de commencer l’entraînement. Avant tout, à moins que ce soit sur les conseils de votre médecin, vous ne devez en aucun cas arrêter de prendre de quelconques médicaments – Ultrabreathe est conçu en tant que complément aux traitements existants, et non pas pour les remplacer.

Nous livrons dans le monde entier

Commandez votre Ultrabreathe en ligne pour seulement 24,50 Euros – soit une remise de 15% par rapport à notre prix habituel de 29,95 Euros. Un bec de rechange optionnel (à utiliser lorsque vous nettoyez l’original) coûte 6,95 Euros. Quelle que soit l’importance de la commande, cette dernière est également soumise à des frais d’envoi à hauteur de 3,95 Euros par commande, quelle que soit la destination.

Commandez maintenant en toute sécurité par

       


© Tangent Healthcare Ltd 2003. « Ultrabreathe » est une marque déposée de Tangent Healthcare Ltd. Ultrabreathe fait l’objet de droits de brevet et de conception.